vendredi 4 décembre 2009

Du cabillaud, du saumon, du brocolis, du chou Romanesco et du chou-fleur, avec du Riesling et du Comté, on a ce qu'il faut pour un gratin !

On est vendredi, jour du poisson (en tout cas, c'est ce qui se raconte dans beaucoup de cantines - pardon de restaurants scolaires). Il fait un vrai temps de chien, un froid de canard, un vent à décorner les boeufs, bref, tout ce qu'il faut pour réveiller l'animal qui sommeille en nous, un peu de douceur sous la forme d'un gentil petit gratin crousti-moelleux ne fera pas de mal.
Souci, mon Grand Modèle a récemment déclaré qu'elle n'aimait plus les poissons qui "sentaient la mer", Miss Taille en dessous est devenue une pure angoissée des arêtes (merci la cantine-restauration scolaire sus-nommée), heureusement, petit Monstre n'est pas encore contaminé et mange, dès lors que ça sent bon. Pour satisfaire tout le monde, j'ai donc mis du dos de cabillaud, du saumon (parce qu'elles aiment la couleur), et trois sortes de choux, là encore pour être certaine qu'elles trouveront leur bonheur. Le mélange chez Picard est hyper pratique pour celles et ceux qui n'ont pas le temps, sinon, il peut inspirer les achats, les choux sont très beaux en ce moment.
Petit marché pour 6 personnes
- une petite tête de romanesco, de brocolis et la moitié d'un chou-fleur
- 1 dos de cabillaud, (environ 500g)
- 1 filet de saumon (même quantité)
- 1 échalote
- 1 cuillère à café de beurre
- 1 cuillère à soupe de farine
- 1 verre de vin blanc, ici du Riesling d'Alsace
- du Comté pour faire gratiner (un bol, c'est une mesure ?)
- sel, poivre

Nettoyer les choux et détacher les fleurettes. Les faire blanchir séparément, et réserver.
Préchauffer le four à 200°C. Couper les poissons en gros cubes, enlever les arêtes si nécessaire. Faire chauffer une poêle anti-adhésive et faire colorer le poisson vivement. Les réserver, émincer l'échalote que l'on fera suer dans la même poêle. Ajouter la noisette de beurre, la farine quand le beurre est fondu, comme pour une Béchamel. Ajouter le Riesling et si nécessaire un peu d'eau pour obtenir une sauce crémeuse mais surtout pas épaisse.
Disposer les fleurettes et les cubes de poisson dans des petites cocottes individuelles ou dans un grand plat à gratin, au choix. Verser la sauce, parsemer de Comté râpé et mettre au four pendant environ 15 minutes.

mardi 1 décembre 2009

Un petit amuse-bouche avocat-banane-canard

Ce petit truc tout mini représente parfaitement ce qui sépare mon bordelais de Zhom de moi : le canard pour lui, se conçoit gras, en confit, en magrets avec des trucs normaux comme des haricots, (il fait des progrès et cuisine un canard aux prunes excellent^^), l'avocat c'est salé, en entrée ou en guacamole, la banane, c'est un fruit. Pour moi, l'avocat ça se mange sucré, la banane, c'est bien en légume et le canard, c'est... pas trop mon truc !
Du coup, je n'ai même pas osé lui dire ce qu'il y avait dans cet amuse-bouche, je lui ai dit, "tu verras, il y a du canard, tu n'auras qu'à goûter". Ça ne l'a pas mis en confiance ce genre d'introduction et le moins qu'on puisse dire c'est qu'il avait l'air soupçonneux voire sourcilleux en regardant ma pauvre petite bouchée. Finalement, c'est sur un "ouaip, c'est bizarre, mais c'est bon ce truc, qu'est-ce que tu as encore mis dedans ?" que les hostilités se sont terminées, le petit canard a réussi son examen de passage.
Pour une douzaine de petites bouchées :
- 1 petit magret
- 2 avocats bien murs
- 2 bananes pas trop mures
- 12 noix de cajou
- 1 cuillère à café de sésame doré
- 1 jus de citron vert
- 1 cuillère à café d'échalote émincée finement,
- 1/2 gousse d'ail écrasée (ou plus si affinités, célibat...)
- 1 cuillère à café de sucre
- 2 traits de vinaigre balsamique
- "1 goutte" d'huile neutre
- 1 goutte de soja
- sel-poivre
- 1 larme de rhum vieux
Peler la banane, peler-dénoyauter l'avocat. Mettre le tout au mixer avec le jus de citron vert. Éventuellement ajouter une larme de rhum vieux, avec modération bien sûr. Disposer dans une douzaine de petits récipients de votre choix.
Dégraisser le magret (oui, je sais, faut pas), le couper en 12 lamelles environ
Faire chauffer le wok avec une goutte d'huile neutre, jeter l'échalote, l'ail, quand ça commence à sentir bon, ajouter le canard, faire dorer, ajouter le soja, le sucre et faire vivement caraméliser, ajouter le vinaigre balsamique, sel-poivre.
Disposer sur le mélange avocat-banane, saupoudrer de sésame et surmonter d'une noix de cajou.
Hyper rapide, un vrai truc de fainéant, avec un ti punch !

lundi 30 novembre 2009

Une recette de fêtes ? Mille-feuilles de pommes, foie gras, St Jacques, compotée au gingembre, émulsion de corail...

Parce que "manger des pommes tant qu'on peut" est une pub qui me fait toujours sourire, que les petites pommes qui ont du goût sont tellement mieux que les infâmes golden (ou équivalent) calibrées, quasi sans défaut, insipides... parce que les fêtes approchent et que je me demande bien ce que je vais pouvoir faire à manger, parce que mon Zhom avait envie de foie gras, parce que c'est la saison des St Jacques et que j'adore ça, parce que j'ai retrouvé des petites pommes Antares ... et aussi parce que c'est comme ça !
Voilà un mille-feuilles de pommes, StJacques et foie gras qui va rejoindre leur jeu !

Petit marché pour 4 personnes
- 6 pommes
- 4 belles St Jacques (sinon 8 )
- 400g de foie gras
- 1 cuillère à soupe de crème fraîche
- 1 noisette de beurre
- un tout petit peu de gingembre frais (à défaut en poudre)
- 2 cuillère à soupe de cassonade
- 1/2 jus de citron
- Sel, poivre, 5 baies

Préparer le foie gras : dénerver, déveiner, saler, poivrer. Couper une pomme en très petits dés, les faire dorer, limite caraméliser avec une cuillère à soupe de cassonade, poivrer. Étaler le foie de manière à pouvoir disposer les pommes au centre et faire un rouleau bien serré d'un diamètre à peu près égal à celui d'une pomme. Faire cuire le foie entouré de film en papillote à la vapeur pendant environ 7 minutes. Réserver au frais.
Préchauffer le four à 160°C, peler et évider les pommes. A la mandoline (ou au couteau) réaliser 28 tranches fines. Couper le reste en petits cubes. Citronner le tout. Disposer les rondelles sur une plaque couverte de papier cuisson, faire dorer au four. Il faut que le bord des pommes dorent mais elles ne doivent pas brunir ni durcir. Pendant ce temps, faire compoter les pommes restant à feu doux avec 1 cuillère de cassonade, et une pointe de gingembre.

Quand les pommes sont presque cuites, sortir le foie gras et couper 8 rondelles. Enlever les coraux des St Jacques, couper les noix en 2 dans l'épaisseur. Préchauffer une poêle avec le beurre, faire revenir rapidement les St Jacques des 2 côtés, sel et 5 baies. Les réserver en les gardant au chaud dans du papier alu. Faire suivre les coraux hors du feu, ajouter la crème, et émulsionner au mixer plongeant. Réserver au chaud.
Monter les mille-feuilles en commençant par une rondelle de pomme, le foie, une rondelle de pomme, une StJacques, une rondelle de pomme, le foie, une rondelle de pomme et enfin une St Jacques. Piquer 3 rondelles de pommes sur une pique en bois et planter la pique dans le mille feuille, disposer les pommes compotées et servir avec l'émulsion de corail. Attention, ça refroidit vite mais c'est aussi très vite dévoré !

jeudi 26 novembre 2009

J'aime mon facteur ! Maintenant je vais pouvoir cuisiner léger...

Le mois dernier, le Verger de la Blottière avait organisé un jeu autour de la pomme Antares auquel j'avais participé... le jury a bien aimé les petits falafels et du coup, j'ai gagné le livre de Solveig Darrigo "Bien cuisiner léger". Et cet imposant ouvrage - 300 recettes quand même ! - est arrivé aujourd'hui. Je n'ai pas eu le temps de me plonger dedans mais juste celui de le feuilletter mais il a l'air bien sympathique et propose des recettes gourmandes et équilibrées et non des "affreuses recettes de régime"... A adopter en vue des fêtes de fin d'année ?
Ce mois-ci le thème du jeu est les recettes festives, alors n'hésitez pas, participez !

mercredi 25 novembre 2009

Du poulet au gingembre, oui mais pas seulement au gingembre

Comme promis une recette à l'origine issue d'un livre de ma bibliothèque culinaire. Aujourd'hui il s'agit d'un de mes chouchous : "les baguettes magiques d'une chinoise à Lyon" de Gabrielle Keng-Peralta. L'auto-dérision, l'humour de l'auteur dans l'introduction et la présentation des chapitres sont un vrai régal et l'ingéniosité pour remplacer les ingrédients "asiatiques" par des produits que l'on trouve sur tous les marchés français m'ont beaucoup plu. Ca m'a aussi rappelé l'époque où j'ai atterri (c'est bien le mot !) en France métropolitaine, loin de tout (et surtout de Tang) et que je me suis bien demandé comment j'allais réussir à préparer des repas avec ce que j'avais sous la main. Quelle joie lorsque les fêtes de fin d'année se sont annoncées et avec elles, les produits des rayons exotiques ! et quelle déception en mangeant un lychee au goût... vite compensée par un fou rire en entendant une dame expliquer doctement "tu vois, ça, c'est une goyave en montrant une chouchoute (connue sous le nom de christophine, chayotte)"
Bref, à tous ceux qui ont été loin de chez eux, je vous propose de suivre les traces de Gabrielle avec mon interprétation de son poulet au gingembre.

Petit marché pour 4 personnes
- 4 filets de poulet
- 3 carottes moyennes
- 10 baby corn (mini épis de maïs en boîte, au naturel)
- 1 oignon rouge
- 1 gousse d'ail
- 1 cm de racine de gingembre frais (à défaut du gingembre en poudre, environ 1 cc)
- 2 cuillères à soupe de soja clair
- 25 cl de lait de coco
- 2 cuillères à soupe de sucre
- sel, poivre
Couper le poulet en fines lanières. Couper les carottes en bâtonnets et les baby corn en 2 dans le sens de la longueur. Emincer finement l'oignon, écraser l'ail. Râper le gingembre ou si vous aimez le goût et ne craignez pas le côté "piquant" du gingembre, détaillez la racine en petits bâtons.
Faire chauffer un peu d'huile neutre dans le wok (ou dans une poele), jeter l'oignon, l'ail et le gingembre, dès que ça embaume, ajouter le poulet et bien mélanger. Quand il est saisi, ajouter les carottes. Saler, poivrer légèrement, ajouter le sucre et faire caraméliser le poulet, ajouter alors le soja, le lait de coco et enfin les baby corn. Laisser réduire environ 3 minutes. Servir avec du riz ou des pâtes sautées.

Il est arrivé ! Je vais pouvoir mettre le Grand et le Moyen Modèles en cuisine !!!

Il y a quelques temps, Lavande avait organisé un jeu sur le basilic reprenant le principe de son livre "Savez-vous planquer les choux". Ma petite recette de cannelés au basilic avait été retenue et du coup, j'avais gagné le livre de Brigit (un an pour faire son cooking out): "si tu sèches la cantine, je te colle en cuisine", et il est arrivé !
Franchement, il est SUPER ! drôle, plein d'idées qui plaisent aux ados et à leurs parents (j'ai pu tester en direct les réactions de mes demoiselles préférées), instructif (mon Moyen modèle a bien aimé les verbes réguliers de la cuisine). Je le recommande à tous et toutes et j'ai trouvé une super idée pour mettre au pied du sapin !

Un grand merci à Lavande pour avoir organisé ce jeu, au jury et à Brigit pour avoir écrit ce livre !

mardi 24 novembre 2009

Des filets de rougets, des agrumes, des lentilles...

Mon Zhom à moi adore le rouget... et le cassoulet ! Bon, décidément je n'ai pas envie de faire de cassoulet alors, direction la poissonerie... Ca tombe bien, les rougets sont beaux comme tout. Pour le consoler de ne pas avoir de haricots et qu'autrement il avait aussi demandé des lentilles... il devrait faire un sourire ou au moins un demi-sourire parce que je crois qu'il s'attend à du petit salé avec ses lentilles, mais là, c'est comme pour le cassoulet, il va attendre encore un peu !
En tout état de cause, une recette vite fait, très jolie à mon avis et super équilibrée, en moins de 30 minutes (à cause de la cuisson des lentilles, sinon si vous utilisez des lentilles en boîte, cuites au naturel, ça se fait en moins d'1/4 heure !)
Petit marché pour 4 personnes
- 8 petits filets de rouget
- 500g de lentilles vertes
- 1 petite échalotte
- de la racine de gingembre
- 1 kumbawa
- 1 pomelos vert
- 1 orange
- du gingembre frais (à défaut en poudre)
- quelques graines de lin (facultatif)
- huile de pistache
- Sel, poivre blanc, 4 épices

Faire revenir l'échalotte finement émincée dans un peu d'huile d'olive. Ajouter les lentilles rincées et triées (on ne sait jamais), le jus du pomelos et de l'orange, environ 1 cuillère à café de gingembre râpé, du sel e du poivre. Ajouter de l'eau si nécessaire. Laisser glouglouter pendant envion 30 minutes, rectifier l'assaisonnement et compléter avec 1/2 cuillère de zeste fin de kumbawa et d'orange.
Parallèlement, préchauffer le four à 180°C. Faire dorer les filets de rougets rapidement, pour les saisir et pour la couleur. Préparer des papillottes avec du film de cuisson easy cook (vous le trouvez chez Lavande bien sûr ! ). Déposer vos filets, ajouter un filet de jus de kumbawa, un filet d'huile de pistache, sel 4 épices et parsemer de graines de lin. Hop au four 10 minutes !
Il suffit de déposer le contenu des papillotes sur les lentilles ou de présenter les papillotes à côté de vos lentilles et le tour est joué.

mercredi 18 novembre 2009

C'est du gâteau de Christophe Michalak : les religieuses

Pour changer un peu, et parce que j'ai été super gâtée pour mon anniversaire, je vous propose que le mercredi soit consacré aux recettes de ma bibliothèque. L'avantage des recettes écrites c'est qu'on peut aussi les faire en famille, et comme Miss Moyen Modèle me tanne pour aider, là, elle peut aider... dommage que ça n'aille pas jusqu'à la vaisselle, il va falloir que je trouve un bouquin qui explique que tout ne passe pas au lave-vaisselle et que je n'ai pas mon permis de baguette magique qui range la cuisine automatiquement !
La Miss en question a choisi de faire 2 religieuses du livre de Christophe Michalak : C'est du gâteau ! Voici donc les religieuses à la fraise et à l'ananas. (Légèrement modifiées par rapport à la recette originale, mais pas trop quand même)
Base de pâte à choux : r
ecette pour 8 religieuses...
- 75cl d'eau et 75cl de lait
- 2g de sucre et 2g de sel fin
- 65g de beurre
- 85g de farine
- 3 oeufs
Faire bouillir l'eau, le lait, le beurre, le sucre et le sel dans une casserole. Ajouter la farine tamisée en une fois et remuer vivement à la spatule feu moyen. Bien sécher la pâte et ajouter les oeufs (à température ambiante) un par un en mélangeant énergiquement. Utiliser une poche à douille unie (N°12 pour les connaisseurs) pour dresser la pâte à choux encore tiède, elle n'en sera que plus régulière.
Dresser sur une feuille siliconée, à l'aide d'un vaporisateur, asperger les pâtes à choux. Préchauffer le four à 250°C, enfourner la plaque et éteindre le four environ 10 minutes. Puis le rallumer et baisser à 160°C pendant 20 mn. Laisser sécher les choux. (Eteindre le four quand les choux prennent une couleur blond caramel et éventuellement en couper un pour vérifier la cuisson)

Religieuse fraise en trompe-l'oeil
Petit marché pour 8 religieuses
- 1 kg de fraises (on en trouve encore de très bonnes profitons-en !)
- 80g de sucre semoule
- 3 jaunes d'oeufs
- 20g de Maizena
- 130g de fondant + du colorant rouge
- 1 feuille de gélatine (2g)
- 150g de beurre
- 70g de pâte d'amandes teintée vert
Mixer 800g de fraises et faire réduire à feu doux pour obtenir environ 500g de purée. Mélanger les jaunes d'oeuf, le sucre, la Maizena et le coulis. Porter à nouveau à ébullition pendant environ 30 secondes sans cesser de remuer. Hors du feu, ajouter la gélatine ramollie dans de l'eau. Transvaser dans un bol, couvrir d'un film et laisser refroidir à 45°C. Mixer et ajouter le beurre coupé en petits dés petit à petit. Stocker dans une boîte hermétique minimum 2H00 au réfrigérateur avant utilisation.
Garnir les choux à l'aide d'une poche à douille en ajoutant des morceaux de fraises dans les gros choux uniquement.
Faire chauffer le fondant avec un peu d'eau et du colorant rouge à 37°C. Trempez les choux dedans et lisser les bords avec le doigt. C'est là que c'est très comique ! Superposer le petit chou sur le gros, décorer avec des petites feuilles en pâte d'amande et réserver au réfrigérateur.

La religieuse Ananas Victoria
Petit marché pour 8 religieuses
- 1 bel ananas soit environ 1kg net(si possible de l'ananas Victoria)
- 50g de sucre semoule
- 3 jaunes d'oeufs
- 25g de Maizena
- 3 feuilles de gélatine
- 150g de beurre
- 130g de fondant + du colorant jaune
Réserver quelques jolies petites feuilles du toupet de l'ananas pour la déco.
Eplucher l'ananas, prélever environ 200g, couper en cubes et cuire au micro-ondes puissance maximale das un récipient adapté fermé. C'est cuit quand l'ananas est translucide. Egoutter et réserver au réfrigérateur.
Avec le reste du fruit, enlever les coeurs, mixer et porter à ébullition, réduire à feu doux jusqu'à obtenir une purée d'environ 500g. Il est important de faire bouillir l'ananas pour éliminer l'enzyme acide contenue dans l'ananas.
Procéder comme pour la fraise : mélanger le sucre, les oeufs, la Maizena et l'ananas, remettre au feu pour porter à ébullition pendant 30 secondes, ajouter la gélatine, transvaser dans un bol, courvrir d'un film plastique et laisser refroidir à 45°C. Mixer, ajouter le beurre en petits dés et remixer. Stocker au moins 2H00 en boîte hermétique au réfrigérateur.
Garnir les choux avec le crémeux, ajouter les cubes d'ananas dans les gros choux. Préparer le fondant avec le colorant jaune (il est possible d'ajouter une gousse de vanille mais je l'ai oubliée !). Tremper les choux, lisser avec le doigt... superposer le petit chou sur le gros en intercalant une feuille du toupet de l'ananas. Réserver au frais !

mardi 17 novembre 2009

Pour Cathy et Requia : faites passer ! des pasta di mare...

Cathy et Requia ont organisé une chaîne basée sur le principe du dernier livre de Jamie Oliver "tout le monde peut cuisiner" (Ministry of food). Leur idée ? collecter un maximum de recettes faciles, réalisables en 30 minutes... mais pour en savoir plus, le mieux c'est d'aller voir sur le site de Cathy ou de Requia !

J'ai trouvé l'idée très sympa et je me suis souvenue d'un plat que je n'avais pas préparé depuis un bout de temps, il faut reconnaître qu'à un moment, les copains qui venaient à la maison me disaient : tu fais ton maxi plat de pâtes avec les crevettes et tout et les quenelles, dis ? - Euh, mais j'ai pas fait ça la dernière fois, je peux changer, non ? - Non, c'est trop bon. A croire que je faisais vraiment des trucs dég... par ailleurs ou alors que c'était vraiment bon. En tout cas, moi, je ne pouvais plus les voir ces pâtes. Mais il faut reconnaître qu'en les refaisant, c'est pas si mal que ça... pas mal du tout même ! A vous de voir et surtout : "FAITES PASSER !"

Petit marché pour 6 gourmands
- 300g de crevettes
- 300g de petites St Jacques ou de pétoncles
- 300g de filet de poisson qui se tient bien (genre daurade)
- 6 petites quenelles de brochet de bonne qualité
- 1 oignon, 2 gousses d'ail
- 1 cuillère à soupe d'huile d'olive
- du basilic (au moins l'équivalent d'1/2 verre, mais à vous de voir)
- 75cl de coulis de tomates
- 1/2 verre de vin blanc
- du parmesan
- et bien sûr des pâtes !!! ici j'ai utilisé des mafaldine qui, d'après mes monstres, sont idéales pour se faire plein de tâches !
- facultatif : quelques moules type bouchot

Décortiquer les crevettes. Si nécessaire, désarrêter le poisson, le couper en morceaux. Émincer l'oignon très finement. Faire chauffer l'huile dans une sauteuse (ou comme mi, dans un wok), y jeter négligemment l'oignon. Ecraser les gousses d'ail, les envoyer rejoindre l'oignon. Faire dorer les St Jacques sur les 2 faces et les réserver. Mettre les morceaux de poisson, dès qu'ils se rétractent, ajouter le vin blanc, le coulis, du sel, du poivre. Couper les quenelles en 2 par le milieu, les mettre dans la sauce et laisser mijoter à feu doux. Si vous avez opté pour les moules, après les avoir nettoyées, faites les ouvrir avec un peu de persil et de vin blanc. Décortiquez-les. Pendant ce temps faites cuire les pâtes. 5 minutes avant la fin de la cuisson des pâtes, ajouter les crevettes à la sauce, puis les St Jacques et enfin le basilic ciselé. Verser les pâtes dans un grand plat, la sauce au milieu et râper généreusement le parmesan sur le tout. Vite ! On mange !!
PS 1 : si vous avez le temps, c'est mieux de faire un super coulis maison. Pour ceux qui aiment un peu épicé, et pour rester dans l'esprit "Jamiiiiiiiiie", Mo a fait un super article de sauce tomate piment basilic qui ira très bien ! Pour faire un saut chez Péchés Mignons, c'est par ici !
PS 2 : Cathy et Requia, j'ai oublié de prendre les photos en cours de recette ! désolée, j'en ferais une autre pour me faire pardonner !

lundi 16 novembre 2009

Youpee il est arrivé ! Ca s'arrose avec des St Jacques panées à la pistache,

Ma petite recette de courge spaghetti à la Baronnessa avait bien plu et grâce à Lavande, j'ai gagné le robot Braun Multiquick Artist Buffet ! Merci encore !!!
Il est arrivé jusqu'à ma cuisine et évidemment, je n'ai pas résisté longtemps avant de l'essayer !

Franchement, il est super pratique, j'ai tout testé, je publierai les recettes au fur et à mesure mais il a bien sa place parmi ses copains dans la cuisine de Poune, il a même déjà un petit nom : Quicky... et oui, je donne des noms et je parle à mes ustensiles, fours, légumes, poisson... il faut bien essayer de les convaincre pour qu'ils coopèrent à mes efforts culinaires ! Vous ne parlez pas en cuisinant, vous ? Je suis sûre qu'on pourrait lancer une enquête sur le thème "quel petit nom donnez-vous à votre robot, four... préféré"... en tout cas, j'espère, sinon, je suis bonne pour avoir la visite des gentils messieurs en blanc qui vous me relooker avec une blouse qui ferme dans le dos !
En attendant, avec Quicky, nous sommes heureux de vous présenter nos Noix de St Jacques panées à la pistache, capuccino de betterave et orange, écume de corail... On n'a pas trouvé plus long comme nom !

Petit marché pour 4 personnes
- 8 noix de St Jacques avec un beau corail
- 30g de pistaches non salées
- 1 jaune d'oeuf,
- 4 cuillères à soupe de farine
- 500g de betteraves cuites (un peu fainéante)
- le jus de 2 oranges, + 1 cuillère à café de zeste fin
- 1 cube de bouillon de volaille
- 1 petit coup de râpe sur une racine de gingembre
- 2 cuillères à soupe de crème liquide allégée
- 1 cuillère à soupe de crème épaisse allégée
- sel, poivre
Préchauffer le four à 180°C.
Couper la betterave en cube, la mettre à cuire doucement avec le jus et le zeste d'orange, le gingembre, le bouillon de volaille et 1 tasse d'eau bouillante. Laisser "glouglouter" à petits bouillons tranquillement.
Détacher le corail des noix de St Jacques. Piquer les noix sur des petites brochettes en bois (ou équivalent). Concasser finement les pistaches jusqu'à obtention d'une panure moyenne. Battre le jaune d'oeuf. Passer les noix de St Jacques, dans l'oeuf, puis dans la farine et enfin dans les pistaches. Les poser sur une plaque recouverte de papier sulfurisé et les passer au four environ 8 minutes (en fonction de la taille des noix et de votre goût) en les tournant à mi-cuisson.
Faire sauter rapidement les coraux dans une noix de beurre. Ajouter la cuillère de crème épaisse et mixer au plongeant jusqu'à obtention d'une écume légère.
Mixer la betterave avec la crème liquide, ajuster l'assaisonnement. Disposer dans des assiettes, bols, tasses... déposer l'écume au centre ou la proposer à côté, dans une cuillère. Déposer les brochettes sur le dessus et servir bien chaud.

jeudi 5 novembre 2009

Stew d'agneau à ma façon, cornbread et galettes de pommes de terre

Bon, ben voilà, les vacances sont finies... ENFIN !!! Youpee, il ne reste plus que le tout petit blondinet qui n'a pas du tout l'âge d'aller à l'école... Inouï comme la maison respire le calme aujourd'hui !
Du coup, me revoici, me revoilou pour vous proposer une recette d'agneau. Pourquoi de l'agneau ? Tout simplement, parce que 750g a organisé un jeu avec l'agneau d'Irlande. Je ne suis pas du tout une pro de l'agneau (même s'il faut reconnaître qu'à Nouméa, on a de l'excellent agneau néo-zélandais), du coup, le challenge était sympa à relever, en plus mon cher et tendre Zhom adore ça et m'a bien motivée... En plus, il l'a fait de façon très discrète : Tu sais ma chérie, ce serait bien que le Bisounours goûte l'agneau, tiens regarde de l'agneau irlandais, tu ne devais pas appeler Karen ( copine irlandaise )?.... Du coup, j'ai fini par céder et me retrouver face à mon agneau... Pour moi, qui dit Irlande, dit bière, stew, pommes de terre... et en parlant de Karen, son pêcher mignon c'est le corn bread, et à chaque voyage à Cork ou à Galway, on a droit au saumon et au corn bread. (miam !!!)
Avec ces images en tête, je me suis donc mise à concocter un stew à ma façon avec des fruits secs, des galettes de pommes de terre et du cornbread... à déguster avec de la bière avec modération bien sûr !
Petit marché pour 6 personnes et recettes en suivant...
Pour le stew :
- 750g d'agneau irlandais (gigot + souris)
- 1 oignon + 1 échalotte
- 2 carottes moyennes
- 2 tomates mûres, à défaut 1/2 bocal de tomates concassées, voire 1/2 verre de coulis
- 33cl de bière irlandaise
- 1 poignée d'abricots secs, de pruneaux, de raisins blonds et de raisins de Corinthe
- 1 bâton de cannelle
- 1 creux de main de femme d'amandes effilées et de pistaches émondées
- 2 cuillères à soupe de miel
- 1 tasse de bouillon de légumes dégraissé
- Sel, poivre
- Persil et coriandre : quelques brins
Faire dorer l'agneau dans très peu d'huile d'olive. Emincer très finement l'oignon et l'échalote, les faire blondir avec l'agneau. Peler les carottes et les couper en rondelles. Peler, épépiner et couper les tomates en cubes. Ajouter les carottes quand les oignons sont blonds, saler, poivrer. Ajouter la cannelle, le miel et la bière. Quand on arrive à l'ébullition, ajouter le bouillon de légumes les abricots, les pruneaux et les raisins. Laisser mijoter environ 15 minutes, ajouter le persil et la coriandre. Faire griller les amandes et les pistaches à la poêle ou au four, au choix. Répartir sur le stew au moment de servir.

Pour le cornbread :
- 1 oeuf
- 30g de beurre fondu
- 200g de semoule fine de maïs
- 200g de farine
- 2 cuillères à soupe de miel
- 2 cuillères à café de levure - 1 de bicarbonate de soude et 1 de sel
- 1/4 l de lait
Préchauffer le four à 180°C. Mélanger les secs. Battre l'oeuf, le lait et le beurre, ajouter au mélange. Verser dans un moule et faire cuire environ 35 minutes. Si on prépare le cake à l'avance, le couper en tranches généreuses que l'on peut faire réchauffer au four, voire au toaster. et le servir chaud.
Si on souhaite un cake plus sucré, on peut ajouter 2 cuillères à soupe de cassonade, dans ce cas, il est excellent au petit déjeuner avec du beurre et du miel ou de la confiture d'orange par exemple.

Pour les galettes de pommes de terre
- 400g de pommes de terre épluchées
- 30g de beurre
- 40ml de lait
- 1 jaune d'oeuf
- 1/2 oignon
- quelques brins de persil, sel, poivre et éventuellement un peu de muscade
- un peu de farine et de l'huile pour faire griller les galettes
Faire cuire les pommes de terre à la vapeur. Les écraser grossièrement. Eplucher et émincer finement les oignons. Les faire griller, ajouter le lait et le beurre, faire chauffer et verser dans les pommes de terre. Incorporer le jaune, le persil haché, assaisonner. On doit pouvoir former des galettes avec les mains farinées. Si besoin ajouter 1 cuillère à soupe de farine. Faire griller les galettes. Les déposer sur du papier absorbant. Eventuellement on peut les préparer à l'avance et les faire réchauffer au four sous de l'aluminium.

samedi 31 octobre 2009

Bami... comme au Ramayana ou presque

Quand j'étais petite à Nouméa, un de mes restaurants préférés était tenu par la famille d'un de mes meilleurs copains. La grand mère de la famille, une toute petite bonne femme y cuisinait un bami... mmmmmhhhhh ! Perchée sur une caisse en bois pour surplomber les marmites, elle faisait sauter, frire (GORENG !!! maître mot !) tout en invectivant tout son monde qui trottait à droite et à gauche. Pas question de mettre les pieds dans l'antre de cette mini-dragonne sans se retrouver embauchée à faire quelque chose.
Le Ramayana ne payait pas de mine et pourtant il était toujours plein et on faisait la queue pour le service gamelle. Des années plus tard, j'en suis toujours à essayer d'approcher le goût du bami... il paraît qu'il est excellent mon bami mais moi, je crois que celui de Mami était meilleur...

Petit marché pour 6 (plus ou moins, ça dépend)
- 400 g de porc plutôt maigre
-300g de crevettes décortiquées
- 2 beaux oignons
- 2 cives ou de la ciboulette + oignon vert
- 1/2 chou
- 300g de nouilles chinoises
- soja
- nuoc mam (1 cuillère à café)
- gingembre et un peu de piment (1 pointe de couteau)

Détailler le porc en petits cubes. Peler les oignons, faire de jolies rondelles régulières avec l'équivalent d'1 oignon et émincer finement le reste. Ciseler les cives ou les ciboulettes ou les queues d'oignon. Couper le chou en lamelles très fines.
Faire frire les rondelles d'oignon, réserver. Faire dorer le porc, ajouter les oignons émincés, assaisonner avec le soja ( 4 cuillères à soupe environ), le nuoc man, le gingembre et le piment. Laisser confire. Ajouter le chou et les crevettes. Remuer vivement de manière à bien mélanger et que les saveurs se mêlent. En même temps, faire gonfler les pâtes dans de l'eau bouillante, les égoutter. Quand le choux commencent à se ramollir mais reste croquant ajouter les pâtes au wok, à feu vif, bien mélanger, rectifier l'assaisonnement. Servir recouvert d'oignons frits et de cives, éventuellement ajouter quelques crevettes pour la déco. Pour les amateurs, on peut proposer une petite sauce de soja, éclaircie avec un jus de citron, et dans laquelle on aura fait macérer de la purée de piment et parsemée d'oignon vert ciselé...

jeudi 29 octobre 2009

Des épinards dans les croissants... oui Monsieur Pascal !

Cette recette pourrait s'appeler, "je t'ai bien eu !" tant il est vrai qu'elle possède un certain côté jubilatoire... Un certain Monsieur Pascal de nos amis, après avoir dit qu'il était prêt à manger tout et n'importe quoi à la maison (joli compliment, c'est vrai) a ajouté "sauf des épinards, ça jamais, c'est dég... et pas la peine d'essayer de les cacher, je les trouverais !"
Quoi, comment ? Mais ceci est un défi où je me trompe ? Impossible de résister...
Le récalcitrant a retrouvé les épinards dans des samossas (en même temps, Mademoiselle Grand Modèle qui avait donné un coup de main avait eu une façon très personnelle de couper les branches finement...), avait tremblé devant des verrines bien vertes mais contenant des petits pois (la recette va bientôt venir)... et n'a rien vu en croquant dans ces mignons petits croissants !

C'est uniquement quand sa main a replongé plusieurs fois dans le plat que je lui ai annoncé la supercherie non sans avoir demandé, l'air détaché "tu aimes ?" La réponse très mauvaise foi masculine " c'est possible qu'il y ait des épinards mais ça ne sent pas les épinards !"
Ben voyons ! du coup, c'est sûr, je vais lui en remettre des épinards au détour d'une recette... "un petit macaron, Pascal ?"

Petit marché pour une quinzaine de petits croissants
- 1 pâte feuilletée (oui, j'ai fainéanté grave et elle est toute prête en rouleau !)
- 2 cuillères à soupe de pignons
- 4 cuillères à soupe d'épinards cuits (comme ça c'est plus facile pour les adeptes du surgelé)
- 2 tranches de jambon de Bayonne
- 4 cuillères à soupe de fromage de chèvre frais
- du sésame et du jaune d'oeuf pour dorer
- et bien sur, du sel et du poivre
Faire griller les pignons et hacher grossièrement. Couper le jambon en touts petits morceaux. Couper très finement les épinards (limite du hachage). Bien écraser le fromage (s'il résiste, l'attendrir avec une petite cuillère de crème liquide), ajouter les pignons, le jambon et les épinards, assaisonner.
Découper des disques à l'emporte pièces dans la pâte feuilletée. (les miens font 7cm de diamètre) Déposer une cuillère de farce, humidifier les bords pour bien souder. Dorer les croissants à l'oeuf et parsemer de sésame. Conserver au réfrigérateur le temps du préchauffage du four à 180°C. Faire cuire environ 10 minutes.

mercredi 28 octobre 2009

Poulet aux brocolis, pour la coccinelle de Gotlib...

Avec le départ de mon frère, des souvenirs reviennent, douloureux ou gais ou juste des souvenirs. Nous n'avons pas été élevés ensembles compte tenu de notre différence d'âge, du coup pas de souvenirs d'enfance partagée... Il y a même eu des vrais chocs culturels quand le zoreille qu'il était est (enfin !) venu nous voir sur le Caillou. Clairement il s'est demandé qui l'attendait à la Tontouta, il ne pensait pas que la gamine en paréo pouvait être sa soeur... Moi, j'ai surtout bien rigolé en le voyant découvrir ma vie à des années lumière de la sienne. Sur un plan culinaire, je crois que le souvenir le plus marquant restera lié aux brocolis. Pour moi, rien n'était plus normal qu'un brocolis... pour lui, c'était un légume bidon inventé par Gotlib sur lequel dissertait une coccinelle à longueur de Rubrique à brac... heureusement que j'avais lu du Marcel dans le texte, sinon, une fois de plus, le mur de l'incompréhension se serait dressé entre nous !
En pensant au jour où Jean Marc a découvert le brocolis, j'ai préparé une petite recette de poulet aux brocolis, noix de cajou et soyu (pardon, sauce soja pour les métros !)

Petit marché pour 4 personnes et autant de coccinelles
- 4 filets de poulet
- 1 belle tête de brocolis
- 1 oignon
- 200g de mini champignons de Paris
- 75 g de noix de cajou
- 2-3 cuillères à soupe de soja
- 5-6 coups de râpe sur une belle racine de gingembre, sel-poivre

Emincer finement le poulet. Nettoyer le brocolis et séparer les petits bouquets. S'ils sont trop gros, ne pas hésiter à les couper. Peler et hacher l'oignon. Nettoyer les champignons et couper en 2 ou 4 selon la taille.
Faire chauffer le wok avec un peu d'huile de sésame, jeter les blancs de poulet. Quand ils se "recroquevillent", ajouter les oignons. Quand ils deviennent translucides ajouter les champignons, le soja, le gingembre et assaisonner légèrement. Ajouter les brocolis et faire cuire vivement quelques minutes, les brocolis doivent rester croquants.
Parallèlement, faire griller les noix de cajou. Les ajouter au wok au dernier moment. Rectifier l'assaisonnement, notamment le soja...
Servir avec du riz collant, des pâtes chinoises, ou rien !

mardi 27 octobre 2009

Des petites boulettes aux pommes et poulet, sauce au curry

Je traverse comme une période curry... Enfin quand je dis curry c'est pas tout à fait correct, madras, colombo, curry, tandorii, massale... à croire que j'ai décidé de former le goût de mon petit blondinet et de partager avec lui mon amour de ces mélanges !
Il faut aussi reconnaître que j'ai re-découvert récemment Episs et Mouassa qui sont des puits de sciences et de véritables coffres au trésor. Ils vendent aussi sur le net, pas uniquement sur les marchés toulousains, si vous voulez faire leur connaissance, c'est
par ici !
Toujours est-il qu'en ce moment, c'est aussi la saison des pommes, que via
Dorian j'ai découvert une superbe petite pomme de jardin, sucrée et en même temps acidulée, qui se marie très bien avec les curry. Pour faire connaître la pomme Antares, les pommiculteurs organisent des petits jeux, pour en savoir plus, c'est par là !
Des copains venant faire un saut à la maison, j'ai décidé de faire des sortes de falafels (en tout cas, l'idée que j'ai des falafels) pommes-poulet avec une sauce au curry à la banane... Un petit miracle, j'ai réussi à en mettre de côté le temps de la photo, apparemment, c'était une bonne idée...

Petit marché pour 8 gourmands à l'apéro (il n'y avait pas que ça)
- 400 g de blancs de poulet
- 600g de pommes
- 200 g de pois chiches cuits
- 2 cuillères à soupe de farine
- 1 cuillère à café de bicarbonate de soude
- quelques brins de persil
- 1/2 oignon
- 1 banane
- 15 cl de lait de coco
- 1 pointe de galanga moulu
- 1 cuillère à café de curry
- 1 oeuf battu
- 1 petit bol de chapelure mêlée d'arachides concassées
- sel-poivre
- de l'huile pour faire frire les petites boulettes
Emincer très finement le poulet. Peler et couper en dés les pommes. Ecraser les pois chiches. Ciseler le persil et l'oignon. Mélanger le poulet, la pomme, les pois chiches, la farine, le bicarbonate, le persil et la moitié de l'oignon. Bien assaisonner. Former des petites boulettes, les passer à l'oeuf battu et dans le mélange de panelure. Faire frire, égoutter et poser sur du papier absorbant. Garder au chaud ou faire réchauffer au four T120°C.
Faire fondre le reste de l'oignon dans un peu d'huile d'olive. Peler et couper la banane en très petits cubes, ajouter à l'oignon avec le lait de coco, le galanga et le curry. Bien assaisonner, éventuellement ajouter de la citronnelle.
Servir les "falafels" avec la sauce...

lundi 26 octobre 2009

Cook-shop : Ligne et Papilles vous décroche la lune !

Ligne et Papilles a ouvert une chouette boutique pour tous les foodistas : Cook-shop !
Vous y trouvez l'introuvable, des trucs géniaux pour les petits chouquets qui sont tellement mignons qu'ils constituent des idées de cadeaux de Noël originaux et bien pensés.
Parmi les nouveautés, j'ai noté les pâtes de pistaches, noisettes... et comme je vais lui passer une petite commande de feuille azyme (entre autres), ce sera grâce à elle que mes monstres vont se délecter (enfin j'espère) de calissons maison...
Le mieux de toute façon, c'est d'aller voir ce qui s'y passe car Lavande est toujours à la recherche du "truc en plus" !

Parmentier de potimarron, butternut, poulet et pommes au curry

Là, j'ai tout dit dans le titre, il ne me reste rien à ajouter...
Quoique... Pourquoi un mélange de courges ? Parce que la courge est clairement de saison et que si on n'en mange pas maintenant, je ne vois pas quand on le fera... et pourquoi en mélange ? parce que l'alliance des goûts de la butternut et du potimarron les font se sublimer l'un l'autre.

Et toc ! voilà ce que j'ai répondu à mes petits schtroumpfs qui osaient me poser des questions indécentes sur mes choix culinaires. D'habitude, je m'en tire avec un "parce que j'avais envie" mais là, que nenni, Miss Moyen Modèle s'était transformée en une sorte de grande inquisitrice...
Heureusement, Petit Modèle Blondinet a réglé la question en scandant "merci, merci, merci" ce qui, dans son langage équivaut à "s'il te plait, j'en veux et plus vite que ça, merci !"
J'ai donc coupé court aux autres questions potentielles du type "et pourquoi du curry et du poulet et.... " PARCE QUE C'EST COMME CA ! Non mais des fois ! En tout état de cause, cette petite recette "bizarre" va être proposée pour le concours organisé dans à vos casseroles sur
ODélices !

Petit marché pour 6 gourmands
- 600g de butternut et autant de potimarron préparés
- 500g de pommes type pommes de jardin
- 1 oignon
- 1 petite branche de coeur de céleri
- 2 cuillères à soupe d'amandes effilées
- du bouillon de légume (ou un cube)
- 10 cl de lait
- 10g de beurre
- 10cl de lait de coco
- 600g de filets de poulet
- 1 cuillère à café de curry ou de colombo au choix, à ajuster selon votre goût.
Peler et émincer l'oignon finement. Faire griller la moitié de l'oignon dans un peu d'huile d'olive, ajouter les courges coupées en gros cubes, le céleri, couvrir avec le bouillon. Porter à ébullition, et laisser cuire tranquillement jusqu'à ce que ça compote. Ajouter le lait et le beurre tiédis, assaisonner et écraser en purée. Si on préfère il est possible de passer la purée pour obtenir un résultat plus fin.
Peler les pommes, couper en petits cubes, citronner éventuellement pour éviter qu'elles ne noircissent. Couper les filets en dés. Faire griller le poulet et le reste d'oignon, ajouter le lait de coco et le curry, sel-poivre. Laisser réduire, ajouter les pommes, rectifier l'assaisonnement.
Préchauffer le four à 200°C.
Monter le plat : purée de courges, poulet/pommes, purée de courges et finir en parsemant d'amandes effilées.
Faire cuire 15 minutes environ.

dimanche 25 octobre 2009

La Betterave légume vedette ! un petit carpaccio avec de l'avocat et du saumon fumé...

Comme j'ai déjà été amenée à vous en toucher un mot (ou 2), le légume vedette a pris ses quartiers chez Griotte ce mois-ci et il s'agit de la betterave.
Pour tout savoir sur ce jeu, c'est par ici...

Alors pour participer aussi au recensement de Griotte, en complément de la recette précédente, je propose une petite recette de betterave simple mais fraîche : un carpaccio de betterave au pamplemousse rose, citron vert et avocat, crème de saumon fumé.
On peut le proposer avec du pain aux céréales ou du pain complet toasté...




Petit marché pour 4 personnes
- 1 betterave
- 1 avocat
- 1 pamplemousse rose
- 1 citron vert - 1 jaune
- 4 tranches moyennes de saumon fumé
- 2 cuillères à soupe de crème liquide
- 1 fromage de type "Kiri"
- 1 pointe de couteau de concentré de tomates (pour la couleur plus que pour le goût)
- quelques brins de ciboulette
- quelques gouttes de vinaigre balsamique blanc et quelques gouttes de Modène
- 1 cuillère à soupe d'huile d'olive ou de noisette
- sel- 5 baies



Râper très finement la betterave, éventuellement rectifier les tranches à l'emporte pièce pour plus de régularité (en ce cas on peut utiliser les copeaux dans une crème de betterave, dans une salade...). Disposer les tranches dans un plat creux, arroser avec le jus du citron jaune, la moitié du jus de citron vert et du pamplemousse, assaisonner. Laisser au frais pendant au moins 1H00.
Râper l'avocat ("gros trous") arroser du reste du jus de citron et mêler avec de la pulpe de pamplemousse. Réserver au frais.
Au robot avec couteau métal, battre le saumon fumé, la crème, le Kiri, le concentré de tomates jusqu'à obtention d'une crème mousseuse. Ajouter la ciboulette, assaisonner et réserver au frais.
Pour monter, disposer les rondelles de betterave, l'avocat, ajouter quelques gouttes de balsamique blanc, une "boule" de crème à l'avocat. Ajouter quelques gouttes de balsamique de Modène pour pouvoir assaisonner éventuellement les tranches de betterave.
Réserver au frais jusqu'au service.

samedi 24 octobre 2009

Rouleau de printemps à la betterave, poire, avocat et crevettes

"Savez-vous planquer le choux ?"à la mode de Lavande... Si oui, le légume à dissimuler ce mois-ci est la betterave alors pour tout savoir c'est par ici. En plus du plaisir de créer et de déguster une recette à base de cet excellent légume parfois un peu mis de côté, il y a à gagner 5 exemplaires de l'excellent (dans tous les sens du terme) livre de Véronique Chapacou : Variations inventives autour du fromage au lait cru !
Alors, on n'attend pas, on fonce sur le marché chercher des betteraves ! surtout que le jeu du légume du mois continue chez Griottes
Je ne participe que pour le plaisir de jouer, mais c'est un vrai plaisir ! et comme il me sembe que la betterave crue est un peu moins connue que la version cuite, je vous propose un petit rouleau de printemps très frais qui peut se nicher dans un bento, en amuse bouche, en plat complété par une salade. Je trouve que les couleurs sont particulièrement sympathiques, comme souvent avec la betterave !
Petit marché pour 8 petits rouleaux de printemps
- 1 grosse betterave ou 2 petites
- 1 poire
- 1 avocat
- 3 brins de ciboulette
- 1 jus de citron
- 16 crevettes roses assez dodues
- 3 cuillères à soupe de yaourt blanc nature
- 16 galettes de riz petit modèle
- environ 50g de vermicelles
- entre 1 et 2 cuillères à soupe de soja selon votre goût
- 1 pointe de gingembre
- sel-poivre
Peler les betteraves, la poire, et râper assez gros. Peler l'avocat, découper en lamelles fines, citronner. Ciseler la ciboulette. Faire gonfler les vermicelles dans un peu d'eau bouillante, les rincer et les couper en tronçons. Eplucher les crevettes, enlever la veine dorsale et couper en 2 dans le sens de la longueur. Dans un saladier, mélanger la betterave, la poire, la ciboulette, les vermicelles, le jus de citron restant, le yaourt, le soja, le gingembre, assaisonner.
Passer une galette dans un récipient empli d'eau chaude, quand elle se ramollit la poser sur un torchon humide. A environ 1/3 du bas, au centre, déposer 2 moitiés de crevettes, des lamelles d'avocat, le mélange de betteraves...(en "l'essorant" bien), l'avocat, les 2 moitiés de crevettes. Replier le bas de la galette vers le milieu, puis les 2 côtés et rouler vers le haut pour obtenir un petit rouleau. Bien serrer pour que le rouleau se tienne bien. Renouveler l'opération 7 fois. Conserver au frais. J'ai proposé une sauce soja citronnée relevée aux piments et carotte râpée mais il semblerait que les rouleaux se suffisent à eux-mêmes... A vous de voir !

vendredi 23 octobre 2009

Trio de pommes : charlotte, samossa, champignon farci


En octobre, 750g a consacré un jeu aux pommes : pommes de Reinette et pommes d'Api. Comme d'habitude, il s'agit de proposer une recette mettant en valeur le produit, en l'occurrence, la pomme.
Comme j'adore les pommes, j'ai préféré proposer une petit trio avec 3 pommes différentes : acidulée, douce et croquante, fondante à souhait...
Après test, mes gentils "cobayes" avaient chacun leur préférence... du coup, ce sera à vous de vous faire votre opinion !

Petit marché pour 6 gourmands
- 1 pomme type Granny Smith, 1 Delbard, 1 Royal Gala
- 1 petit oignon + 1 échalote émincés
- quelques brins de persil
- 6 beaux champignons de Paris à farcir
- 10cl de lait de coco
- 1 escalope de poulet
- 2 boudins blancs
- 2 boudins antillais
- 50g de lardons fumés
- 2 cuillères à soupe de crème légère
- 1 cuillère à café de moutarde
- 6 feuilles de brick
- 2 cuillère à soupe de sucre de canne
- 1 cuillère à soupe de curry doux
- 2 pointes de gingembre
- 1 pointe de cannelle
- 1 "dé" de rhum vieux
- sel-poivre

Les samossas :
Couper le filet de poulet en très petits dés. Les faire dorer dans un peu d'huile d'olive, ajouter la moitié des oignons + échalotes émincés. Peler la Granny et couper des petits dés. Quand tout est bien doré, ajouter le lait de coco, le curry doux, 1 pointe de gingembre et les cubes de Granny. Faire réduire et laisser refroidir.
Couper les feuilles de bricks en 2. Les plier en 2, déposer un peu de farce puis plier en triangles jusqu'à la fin de la bande, fermer en repliant le bout dans la pliure comme un portefeuille.
On peut réserver au frais pour mettre au four au dernier moment, 10 minutes, à 180°C.
Les champignons farcis :
Nettoyer les champignons, détacher les pieds des têtes. Couper les pieds en très petits dés. Couper la Gala en petits cubes. Faire fondre les lardons avec le reste des oignons et d'échalotes. Peler les boudins blancs et détailler en cubes, ajouter avec les dés de champignon au mélange de lardons. Quand tout est bien doré, ajouter la Gala, la moutarde, la crème fraîche, sel-poivre.
Farcir les têtes de champignons de ce mélange. Faire cuire au four à 180°C environ 20 minutes. Tout comme pour les samossas, on peut réserver au frais et faire cuire au dernier moment.
Les charlottes :
Peler la Delbard et couper en tranches fines. Les faire caraméliser dans un peu de beurre salé avec le sucre de canne et la cannelle. Les flamber au rhum vieux. Réserver.
Tapisser des petits ramequins de film. Disposer les rondelles de pommes au fond et tout autour des bords. Percer 1 boudin antillais et répartir dans les ramequins, faire un "étage" de pommes, percer le 2ème boudin et compléter, finir par une couche de pommes, fermer le film.
Faire cuire au four à 140°C pendant 15 minutes. Peut se démouler chaud ou tiède.
Si on souhaite les préparer à l'avance, il suffit de les laisser dans les ramequins et de les faire réchauffer au micro-ondes pendant 30 secondes à 600W.

jeudi 22 octobre 2009

Concours Taittinger Les Cordons Bleus, la fin :)

Lundi dernier avait lieu la finale du Concours Taittinger des Cordons Bleus à Reims.
Dès la veille l'accueil était assuré par Gérard Marquoin (MOF) et sa si gentille femme autour d'un apéritif au Taittinger et d'un repas. Après un réveil avant l'aube, le rythme a vite été soutenu avec le tirage au sort, les commis et la découverte de la cuisine du Lycée Hôtelier Gustave Eiffel de Reims.
Ma petite pintade n'ira pas à Paris mais ce n'est pas grave, quelle jolie aventure humaine et quelle expérience instructive.
J'adresse un clin d'oeil à mes camarades de quelques heures, j'espère que nous resterons en contact, merci à ceux qui n'ont pas de blog de vous faire connaître et un énorme sourire et bisou à notre
Cooking Girl et à Jean Yves !
Merci à M. Redont, Marquoin et à Taittinger pour avoir permis à cette aventure de se faire et pour la gentillesse, chaleur.... dont ils ont fait preuve !
Merci à Gérard Boyer et son jury, pour leurs critiques constructives, leur sens de l'humour et surtout la leçon de professionnalisme et de simplicité !

Et je finirai en disant BRAVO et bon courage aux 3 finalistes, pour vous l'aventure continue !
Pour la suivre de l'intérieur, rendez-vous chez
Cooking Girl qui va tout donner à Paris !
Bisous à tous de la part des 3 Toulousains...

Une petite douceur : une mousse framboises-cerises griottes

Il y a des jours où on a envie de douceur, de s'envelopper dans un truc moelleux et chaud qui vous donne la sensation d'être protégé de tout... Il y a des jours où on a envie de se blottir dans une couette rose, de se caler au milieu des coussins avec un bon livre et enfin de dépasser le premier chapitre, ou devant le film qu'on a raté au cinéma et dont la suite sortira avant qu'on ait réussi à voir le DVD, ou pour vraiment écouter ce disque acheté il y a plusieurs mois et de ne pas bouger du canapé même si les petits monstres autour semblent vouloir vous faire passer un message genre "j'ai faim, tu m'emmènes chez Truc, tu joues avec moi ou pire, il faut changer ma couche !"
Ce genre truc relève du doux rêve alors pour satisfaire mon envie d'un truc doux-doux, et que je fais comme une petite crise de rose... Un certain Zhom de ma connaissance tremble à l'idée que je repeigne le couloir derrière son dos !
Voici une petite mousse hyper rapide, hyper simple, ce serait dommage de s'en passer !

Petit marché pour 4 verrines
- 200g de mascarpone
- 1 verre de coulis de framboises (à vous de voir pour le faire ou aller le chercher tout fait...)
- 1/2 jus de citron
- du sirop cerises griottes
- 12 biscuits cuillère traditionnels
- 30g de sucre en poudre
- des mini marshmallows pour la déco... toutes les framboises dans le coulis !
Battre au robot le mascarpone avec le sucre, ajouter le coulis de framboises et le jus de citron. On obtient une mousse joliment rose, si vous voulez booster un peu la couleur, vous pouvez ajouter une pointe de colorant alimentaire rose.
Tremper rapidement le dos des biscuits dans le sirop à peine chauffé, en répartir 3 par verrines. Il faut les maintenir quand on verse la mousse afin qu'ils restent bien gentiment sur le bord. Oublier les verrines au réfrigérateur pendant au moins 1h00. Avant de servir, saupoudrer de ce que vous voulez... Ici des petits marshmallows très régressifs, et alors, si je veux moi faire une petite régression ?

vendredi 16 octobre 2009


En souvenir de Jean Marc, pourvu qu'il joue avec Hendrix !
Avec une pensée toute particulière pour Laura...

Des spaghettis Baronessa... elle est où l'arnaque ?

Chez Ligne et Papilles, on aime bien planquer les choux mais pas seulement, les courges aussi ! Pour tout savoir du jeu qu'elle proposé avec Braun, c'est par ici...
Le robot a l'air trop bien mais ce n'est pas seulement ce qui m'a motivée, j'affectionne particulièrement les courges spaghettis parce qu'elles sont méconnues et que mes monstres se font "piéger" avec le sourire. C'est un légume amusant à préparer avec les enfants qui aiment "fabriquer" les spaghettis en les détachant des coques. C'est un bon moyen de leur faire manger des légumes tellement apparents qu'ils ne les voient plus. Je vous propose de les préparer ici avec une sauce Baronessa et de les gratiner mais toute préparation du type que l'on peut faire avec des "vraies" pâtes fonctionne très bien.

Petit marché pour 6 personnes
- 1 courge spaghetti d'environ 1,4 kg
- 150g de bacon coupé en petits dés ou en allumettes
- 200g de petits champignons de Paris
- 200g de petits pois (hors saison un petit bocal, ou l'équivalent en surgelés)
- 1 échalote
- quelques brins de persil
- 1 cuillère à soupe de moutarde
- 3 cuillères à soupe de crème fraîche
- 50g de gruyère râpé (si gratin)

Percer la courge avec une aiguille à tricoter ou équivalent. La mettre dans un faitout et bien la couvrir d'eau. Porter à ébullition et faire cuire pendant environ 75 minutes. Sortir la courge en faisant attention à ne pas se brûler et bien égoutter l'eau à l'intérieur. Laisser refroidir.
Faire fondre le bacon avec l'échalote émincée. Nettoyer les champignons et couper les en 4 ou 6. Ajouter les champignons au bacon et à l'échalote quand ils sont dorés. Compléter avec le persil, sel-poivre et un peu de muscade. Faire cuire les petits pois à l'anglaise. Les ajouter au mélange précédent quand les champignons sont presque cuits. Battre la moutarde et la crème fraîche et verser sur les légumes/bacon.
Couper la courge en 2 dans le sens de la longueur. Enlever les graines et les filaments qui les entourent. (On peut conserver les graines et les faire griller pour les ajouter à du pain par exemple.) A l'aide d'une cuillère ou d'une fourchette, au choix, détacher les "spaghettis" qui se forment, "nettoyer" ainsi les 2 coques. Mettre les spaghettis dans la sauce, bien mélanger et remettre dans les coques. Parsemer de fromage râpé et mettre au four pour gratiner.
Ce plat peut aisément se préparer à l'avance et se conserver au réfrigérateur jusqu'à l'étape du gratin. Pour tromper les petits malins qui présenteraient une phobie à la simple vision de la coque des courges spaghettis, on peut présenter dans un plat à pâtes ou dans des petites cocottes !

mercredi 14 octobre 2009

Concours Taittinger Les Cordons Bleus... Youpee !

Je vais à Reims !!!
Ma petite recette de pintade a été sélectionnée, il ne me "reste plus qu'à" la défendre à Reims lundi prochain.
En théorie, je devrais être en plein entrainement mais en fait, je ne sais même pas trop quoi faire, je ne vais quand même pas massacrer des pintades à tour de bras... Du coup, je me venge sur des potirons, et il y a des fois où une tronçonneuse serait utile pour les couper !
Pour ceux qui passent par ici, souhaitez moi bonne chance, surtout qu'un concours de cuisine, je ne sais même pas comment ça se passe !

mardi 13 octobre 2009

Des paupiettes aux mirabelles... t'es sure, Maman ?

Je ne sais pas pourquoi mais ma tribu adore les paupiettes, c'est un genre d'icône familiale. Interdit de plaisanter avec ça, pire qu'un crime de lèse-majesté... Autant dire que je résiste difficilement à l'envie de leur faire manger des paupiettes à toutes les sauces. Oui, je sais, c'est un peu sadique mais c'est inouï de voir les légumes que mes monstres avalent, sous prétexte qu'il y a des paupiettes pour faire passer, alors pourquoi me gêner ? Cette fois, j'étais très inspirée par des mirabelles qui me regardaient depuis le bac du congélo, et hop pour les paupiettes ! Je crois que la dernière fois que mon Grand Modèle a fait cette tête là, c'était les paupiettes aux cerises... "Aux mirabelles, t'es sure ? mais pourquoi tu fais pas des recettes comme les mères normales ?" Oui pourquoi ? Et puis c'est quoi "normale" ? Moi je dis : il va y avoir représailles et purée-jambon !
Petit marché pour 6 paupiettes pas normales
- 6 paupiettes de veau, (je suis un peu feignasse sur le coup mais mon boucher est un artiste)
- 125g de lardons fumés
- 400g d'oreillons de mirabelle (hors saison, les surgelés, ça le fait!)
- 1 oignon
- 2 carottes
- 3 cuillères à soupe de coulis de tomates
- 1 bouillon de volaille (le nouveau "coeur de bouillon" est super bien)
- 1/2 verre de vin blanc doux
- un peu de sauge et de laurier, du sel, du poivre

Faire dorer les paupiettes et les mettre de côté. Faire dorer les lardons et enlever la graisse. Ajouter les oignons émincés, les carottes en petites rondelles, remettre les paupiettes, arroser avec le vin, le bouillon, ajouter les herbes, sel-poivre et hop ça mijote !
Au bout de 20 minutes ajouter les mirabelles, laisser clapoter encore 8-10 minutes, (le temps de faire quelques spaghettis, parce qu'il faudra bien ça pour remettre mes 3 tailles de Schtroumpfs !) et servir bien chaud en n'oubliant pas d'enlever les ficelles des paupiettes !

lundi 12 octobre 2009

Le macaron à la mangue, comme promis

Avec comme un petit chouïa de retard (voire un chouïa carré comme disait ma chère prof de maths de TC), voici enfin le macaron à la mangue promis il y a quelque temps. Il a bien été testé et approuvé par une certaine petite chose blonde qui irait au feu pour les macarons.
Je crois bien que son problème principal est qu'il n'arrive pas à en mettre assez dans la bouche, un jour ou l'autre je mettrai en ligne une photo compromettante de ce petit ange (le genre de photo qui me permettra de le faire chanter quand il sera plus grand!)
En attendant, voici un des macarons survivors... et même si la mangue a moins de goût que sur mon île, c'est quand même pas mal !
Petit marché pour environ 16 macarons
Pour les macarons... on ne change pas une équipe qui gagne, c'est par ici : ingrédients et recette
Pour la garniture
- 1 belle mangue ou 2 petites (l'important est qu'elles soient mûres) = 250g de fruits préparés
- 1 citron vert
- 200g de cassonade
- 1 petit verre de rhum vieux

Peler et couper la mangue en petits dés (ne pas oublier de se lécher les doigts à la fin !), ajouter le jus de citron vert et la cassonade, oublier au moins 1H00. Porter à ébullition, baisser le feu et laisser cuire jusqu'à ce que la mangue devienne translucide. Mettre de côté pendant 24H00. Relancer la cuisson, amener à une franche ébullition, ajouter le rhum, baisser le feu et surveiller en tournant constamment jusqu'au perlé. Si on est pressé, on peut cuire en une fois ou alors utiliser un produit pour confitures...
Soit on mouline pour obtenir une garniture lisse, soit on laisse telle que et il reste des petits morceaux de fruits que l'on retrouve en croquant dans le macaron... Chacun fait c'qui lui plaît...

Laisser bien refroidir, garnir les coques et laisser au frais pour que les macarons prennent bien le goût des fruits...

dimanche 11 octobre 2009

Mon brownie à moi...

Dimanche, les grands-moyens-p'tits Schtroumpfs qui ne montrent le bout de leur nez que pour vider le frigo, mettre à sac les placards, râler à propos de leur vie - trop dure ma life, tu peux pas comprendre, toi - En même temps, je n'ai pas envie de chercher à comprendre, je cavale avec mes paniers de linge, les trucs qui mijotent, ceux qui menacent de brûler, petit modèle qui trouve judicieux d'arriver à attraper le plateau de macarons - mmmmmhhhh bon gâteau - et de tout flanquer par terre, mon zhom qui a des idées de génie qu'il faut venir voir là tout de suite ! Je veux être lundi !!! Du coup, comme une petite envie de régression, de redevenir petite et que l'odeur d'un brownie venait me chatouiller le nez et me susurrait "come on, take a bite, life's a piece of cake..." A piece of chocolate brownie !
Petit marché pour un brownie - moule carré de 20cm
- 150g de chocolat noir pâtissier
- 100g de beurre
- 180g de sucre fin
- 3 oeufs
- 40g de farine + 40g de poudre d'amandes
- 50g de noix de pécan ou de noisettes ou de noix de coco ou de pépites de chocolat ou de RIEN !

Préchauffer le four à 180°C.
Faire fondre le chocolat avec le beurre, incorporer énergiquement le sucre puis les oeufs et finir avec la farine et la poudre d'amandes. Ajouter les 50g de ce que vous voulez ou rien du tout et verser dans un moule carré de préférence, c'est plus facile pour tailler des petits rectangles... sinon, ça fait plein de chutes, c'est dommage, non ? Faire cuire environ 25 minutes. (moins de cuisson, le brownie ne se démoule pas mais est hyper fondant, plus de cuisson, il devient gâteau au chocolat...)

Il est possible de le manger tel que ou avec de la crème anglaise ou une boule de glace ou du chocolat fondu ou... tout ça en même temps ! et bonjour les calories...

samedi 10 octobre 2009

Le fruit vedette - et un petit macaron, ça vous dit ?


Toujours pour le fruit vedette, mon petit pécher mignon : le macaron, cette fois-ci version quetsche... Que dire sinon que ce qui me plait peut-être le plus c'est la couleur des coques ?
En ce qui concerne la garniture, cette version est un peu alcoolisée, pour les enfants, ceux qui n'aiment pas l'alcool... on peut très bien s'en passer.






Petit marché pour 16 macarons environ
Pour les macarons :
- 210 g de sucre glace
- 125 g de poudre d'amandes
- 3 blancs d'oeuf
- 30g de sucre en poudre
- du colorant alimentaire magenta et un peu de cyan
Pour la garniture
- 250 g d'oreillons de quetsche
- 250g de sucre (éventuellement une aide pour confiturer les fruits pour que ce soit plus rapide)
- 1/2 gousse de vanille
- 1/2 jus de citron
- 1 petit verre d'eau de vie de quetsches ou de prunes (ou autre) ou pas du tout !


Pour la recette des coques de macarons, c'est par ici...
Pour la garniture : faire confiturer les quetsches avec le sucre, le jus de citron, la gousse de vanille fendue en 2. Quand les fruits commencent à devenir un peu translucides, arrêter la cuisson, et mettre au frais 24h00 dans une terrine. Le lendemain, redonner un bouillon et ajouter l'eau de vie. Quand on arrive au perlé, c'est prêt, il suffit de mettre dans un pot et de laisser refroidir.

Garnir les macarons et laisser les coques s'imprégner de la saveur des quetsches !
-

Si un canard finit à l'aigre douce, c'est pas pour des prunes, c'est pour le fruit vedette !

Le pauvre palmipède, je crois bien que s'il avait su qu'il finirait façon aigre-douce, il aurait pris ses ailes à son cou. Trop tard ! C'est sans scrupules que je l'ai découpé, plongé dans une marinade, grillé, assaisonné... Tout ça pour qu'il finisse dévoré en quelques minutes, tout ça pour des prunes ! Mais justement, c'est pour la bonne cause, le fruit vedette c'est la Prune ce mois-ci, si vous voulez en savoir plus, jetez un oeil par ici !
J'adore les quetsches qu'en Franche Comté on appelle les "pruneaux" même si elles ressemblent de très loin à leur cousin d'Agen.
Fidèle à mes origines, je vous propose une petite recette qui trouve sa place aussi bien lors d'un repas metropolitain qu'à l'occasion d'un repas plus "exotique".
Petit marché pour 6 gourmands
- 3 beaux magrets
- 1 oignon - 2 gousses d'ail
- 4 cuillères à soupe de miel
- 2 cuillères à soupe de sauce soja
- 2 cuillères à soupe de vinaigre de pomme
- 1 citron vert
- 1 cuillère à soupe de ketchup
- 1 tasse de bouillon de volaille
- un petite racine de gingembre ou du gingembre en poudre
- 1 kg de quetsches dénoyautés, en oreillons (hors saison, Pic..d propose une version surgelée)

Enlever le "gras" des magrets, couper les en lamelles. Dans un plat, mélanger l'oignon coupé très fin, les gousses d'ail écrasées, le miel, le soja, le vinagre, le jus du citron, le ketchup et les zestes de citron et le gingembre râpé dans un noué. Faire mariner les émincés de canard au moins 1H00 en les retournant bien régulièrement.
Bien les éponger et les faire sauter au wok pour bien les colorer, ajouter la marinade sans le noué, le bouillon de volaille, rectifier l'assaisonnement avec du sel, du poivre mais aussi du soja clair. Porter à ébullition, ajouter les oreillons de questches, laisser cuire à feu vif pendant environ 8 minutes (en fonction de l'épaisseur des tranches de canard). Servir très chaud avec du riz gluant ou des pâtes chinoises aux oeufs par exemple. Un de mes gourmands a suggéré un plat de pommes de terre... A vous de voir !

Du basilic dans les cannelés...

"Savez-vous planquer les choux", où l'art et la manière de faire engloutir des légumes à ceux qui par principe n'aiment pas ce qui est vert, orange, rouge... Lavande a proposé un petit jeu sur le thème du basilic en suivant le même principe, pour tout savoir, c'est par ici !
Je vous propose donc des mini-cannelés au basilic, coulis de tomates au basilic. Ils se grignotent en version mini à l'apéritif, en amuse-bouches, et en version plus "dodue", ils accompagnent à merveille une escalope milanaise par exemple. Enfin, bon, c'est vous qui voyez !


Petit marché pour environ 24 mini- cannelés
- 100g farine avec poudre levante incorporée
- 2 oeufs
- 50g de feta
- 50g de gruyère râpé
- 10 cl huile
- 2 cuillères à soupe de lait
- 3 tomates séchées = 2 cuillères à soupe de tomates coupées en très petits cubes
- 1/2 bouquet de basilic = 3 cuillères à soupe de feuilles finement ciselées
- sel, poivre
- 4 belles tomates pelées, épépinées
- 1 oignon, 1 gousse d'ail
- 2 branches de basilic

Faire préchauffer le four à 200°C.
Mélanger la farine, le sel, le poivre, les oeufs, l'huile, le lait. Ajouter la feta écrasée, le gruyère, les tomates et le basilic. Répartir dans les petits moules et enfourner. Baisser le four à 180°C. Sortir au bout d'environ 20 minutes, laisser tiédir avant de démouler.
Parallèlement, faire revenir l'oignon émincé dans un peu d'huile d'olive, quand il est joliment coloré, ajouter l'ail, puis les tomates, laisser clapoter doucement pendant environ 20 minutes. Ajouter le basilic, saler, poivrer et mouliner. Proposer en accompagnement des cannelés.
Ici petits et grands vegetophobes ont adoré faire faire trempette aux drôles de cannelés.